3700 km

Publié: 1 décembre 2016 dans Non classé

Le plus grand port du Maghreb. Le plus haut pont à haubans d’Afrique. La plus vaste centrale solaire du monde. Je ne sais pas si nos superlatifs nationaux sont exacts, mais je m’étonne de quelques oublis. Les Marocains, qui aiment souligner les quelques records qu’ils détiennent, omettent le plus important. Le Maroc dispose de la plus longue façade maritime d’Afrique. Avec 3700 km de côtes, linéaires depuis la frontière algérienne à la frontière mauritanienne, le pays se place en effet très loin devant ceux qui suivent, la Somalie avec un peu plus de 3000 km, ou l’Afrique du Sud avec 2800 km. Lire la suite »

Voici deux siècles que les sphères culturelles périphériques à l’Occident débattent de l’identité et de la modernité. Arabes, Russes, Chinois, Japonais, Indiens, ils n’ont cessé d’écrire des traités et des contre-traités pour démontrer la pertinence de l’occidentalisation, son horreur, sa nécessité à petite dose, son innocuité ou sa virulence, ses bienfaits, ses ravages. Qui d’entre les lecteurs ne se souvient pas d’au moins un cours de langue arabe portant sur la dialectique d’“al ana wal akhar” ? Ces obsessions scolaires marocaines avaient bien sûr leurs équivalents un peu partout dans les écoles de ce cercle périphérique de la modernité importée.

Mais le nouveau dans l’affaire c’est que cette dialectique se ringardise. Lire la suite »

La banalité de la démocratie

Publié: 20 novembre 2016 dans Non classé

Le mandat Benkirane II a une mission historique, la plus difficile qui soit : après l’héroïsme, la banalité ; après le triomphe miraculeux de 2011, la reconduction prosaïque de 2016. Lire la suite »

Mouhcine et l’espadon

Publié: 19 novembre 2016 dans Non classé

L’espadon (Xiphias gladus) est un poisson pélagique, de l’ordre des perciformes. Le Maroc est une monarchie constitutionnelle, de type semi-autoritaire. La COP22 est une conférence mondiale sur le réchauffement climatique, qui se tiendra à Marrakech. Jusque-là, tout va bien, les propositions s’enchaînent. On devine que le Maroc suit ou affecte de suivre les recommandations de la CICTA, la commission internationale chargée de la protection de ce type de poisson. Qu’à l’approche de la COP22, sa position de pays exceptionnel doit reluire, intacte. Bref, le Maroc poursuit son insertion dans le concert des nations respectables.

Et là, un grain de sable fait grincer les rouages bien huilés de ce mécanisme. Lire la suite »

L’invasion sexuelle

Publié: 18 novembre 2016 dans Non classé

Cette histoire m’a été rapportée il y a plusieurs années par des amis libanais. Pendant l’été 1982, l’armée israélienne envahit le Liban. Tsahal campe par étapes sur sa route vers Beyrouth. Dans un village du Liban Sud, la tante de mes amis se réveille un matin. La vieille dame vit seule. Elle ouvre les volets et… fait une crise d’hystérie. Sur la colline en face, une division de Tsahal est installée. Pourquoi hurle-t-elle, notre brave dame ? Parce qu’un pays de la glorieuse nation arabe a été envahi ? Parce que les croisés et les sionistes l’agressent ? Parce que la puissance de feu des Israéliens est manifestement supérieure à celle des Palestiniens sur place ?

Pauvres de nous, qui pensons trop à la politique, et mal. Non, l’honorable tante hurle, en ce chaud mois de juin 1982, parce qu’en face de sa maison, de jeunes Israéliens, hommes et femmes, prennent leur douche, nus et ensemble, en plein air. Lire la suite »

Le roi embrasse le front de l’ancien Premier ministre. Le Chef du gouvernement reconduit dans ses fonctions embrasse la main du roi.

Il y a quelques jours, un fluide émotionnel s’est propagé, porté de lèvres en lèvres. Un fluide politique, porté par les médias. Ce qui étonne dans cette photo de la semaine, celle de Mohammed VI se penchant (filialement ?) sur le visage de Abderrahmane Youssoufi alité, ce n’est pas en réalité la sentimentalité de la scène. Après tout, c’est un vieil homme qui recueille la déférence d’un proche, plus jeune que lui. Mais derrière les personnes, il y a les fonctions. Le souverain, incarnation de la nation, embrasse le héros national. Lire la suite »

couv-omar-saghi

Image  —  Publié: 13 novembre 2016 dans Culture et politique, Economie, Etat et démocratie, Histoire moderne, Intellectuels et politiques, Maroc, Non classé, Printemps arabe, Relations Nord-Sud, Sécularisation
Tags:, , , , ,

Penser la monarchie

Publié: 11 novembre 2016 dans Non classé

Longtemps cantonnée dans le domaine du non-dit, la monarchie est l’inconscient des Marocains. Tous en sont imprégnés, qu’ils soient de gauche ou de droite, militants ou apolitiques. Partout présente, dans nos textes de lois et nos manuels scolaires bien sûr, mais aussi dans nos traditions et notre vision du monde, nos monuments et notre mémoire, et jusque dans nos coutumes et notre subjectivité. Cette étrange capacité à être partout et nulle part a fait la force du Maroc. Il a pu, structuré par un vécu monarchique puissant et intangible, traversé, quasi-intact, les soubresauts de l’histoire, la colonisation, les tourments idéologiques du siècle passé et les catastrophes actuelles.

Et pourtant la monarchie n’est jamais explicitement exposée, car ni un traité ni une doctrine ne déploient ses composantes. Et l’on confond très souvent la monarchie avec le monarque, et l’étude de la monarchie avec l’attaque frontale ou la flatterie. Lire la suite »

Donné souvent pour mourant, déclaré plusieurs fois mort, la résilience du régime de Damas prend désormais la voie d’une véritable résurgence. Assad fils n’est pas tombé, il se fait même plus fort maintenant que l’aviation russe et le soutien tacite des Américains rejouent à son profit l’accord soviéto-américain de 1956 qui favorisa Nasser contre l’alliance franco-britannique. On ne cesse de s’interroger sur la capacité de survie d’un régime exsangue financièrement, diminué idéologiquement, avec un soutien intérieur en peau de chagrin. On pense à une bizarrerie locale. Il semblerait au contraire qu’il s’agisse là d’une réalité valable pour tous les régimes similaires. Aujourd’hui que la chute des prix du pétrole ébauche des mirages de démocratisation instantanée au Venezuela ou ailleurs, il est temps de convenir qu’il existe un type de régime qui, loin de faiblir face à l’adversité, s’en nourrit au contraire.

Je propose d’appeler ce type de structure le “régime maigre”. Lire la suite »

Un rêve court les rues depuis un bon moment. Celui d’une éducation qui comblerait (enfin) les souhaits des parents, les aspirations de la nation, les désirs des enfants et des jeunes. Un rêve biface, comme Janus : il se projette dans le futur mais il rappelle, avec insistance, qu’il a existé dans le passé. Oui, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, le Maroc a eu une éducation éclairée dans le passé, disons dans les années 1960-1970, une éducation saccagée par les politiques des années 1980. Les politiques partisanes qui ont arabisé les programmes, et les politiques de Hassan II, qui ont brisé les élans rationnels et réformateurs au profit de l’obscurantisme. Bref, il faut revenir au sillon fondateur, celui de l’après-indépendance, quand le Maroc avait de bons professeurs (il paraît qu’ils sont mauvais aujourd’hui), de bonnes classes de cours, de bons manuels et de bonnes chaises où on posait son derrière d’élève modèle.

Ce mythe (car il s’agit d’un mythe, comme on verra) a prospéré dans la génération qui a à la fois bénéficié de l’éducation des années 1960 et raté la réforme des années 1980, détruisant l’avenir de ses enfants. Par culpabilité et par projection, elle a décidé de gommer la réalité structurelle de l’école des années 1960 et de procéder à une critique psychologique très superficielle de l’école des années 1980-1990. Lire la suite »