1811-2011, un bicentenaire oublié…

Publié: 18 octobre 2011 dans Etat et démocratie
Tags:, , , , ,

En 1811, Mehmet-Ali créa la première armée nationale du monde musulman. D’abord garante de l’indépendance et de la modernisation de la patrie, l’armée arabe devint son cauchemar politique. Deux siècles plus tard, une nouvelle page institutionnelle s’écrit.

Le premier mars 1811, Mehmet-Ali, gouverneur ottoman de l’Egypte, invita les Mamelouks, la caste militaire égyptienne, à un festin dans la Citadelle du Caire. Il fit fermer les portes de l’allée centrale et massacra les guerriers. Rares s’en échappèrent.

De tels banquets étaient courants dans l’ancien monde. C’est ainsi par exemple que les Abbassides se débarrassèrent des derniers Omeyyades d’Orient. En somme, cela correspondait à une dissolution biologique d’assemblée, avec moins de complications et un effet immédiat. Pourtant, le massacre de 1811 fit date. Mehmet-Ali s’attaqua et déracina un système millénaire, ouvrant une nouvelle page dans l’histoire institutionnelle du monde oriental.

 

Les esclaves de l’Etat

Très tôt dans son histoire, l’Etat musulman eut à se confronter à un problème central : gouvernant des populations massivement tribales, il ne pouvait fidéliser une caste de fonctionnaires et de militaires à la seule raison d’Etat. Derrière chaque soldat, chaque conseiller, chaque fonctionnaire, étaient tapis la famille, le clan, la communauté régionale ou religieuse. Le prince se savait à la merci de ces fidélités parasites. Le calife abbasside Al Mu‘tassim (833-847) inventa une solution, ou plutôt il améliora et systématisa une pratique qui émergea avant lui et qu’on retrouvait également chez les Byzantins : il établit une armée d’esclaves, des jeunes turcs importés d’Asie central et formés à la guerre et au pouvoir. Arraché aux siens, le Mamelouk vouait à son maître et à la raison d’Etat qu’il incarne la fidélité du chien à son maître. Le problème public central sembla résolu. L’efficacité, la rationalité, la fidélité des Mamelouks à la chose publique étaient indéniables.

Cette « solution » se répandit dans tout le monde musulman. L’Iran eut ses Ghilman géorgien, l’Empire ottoman ses Janissaires balkaniques, le Maroc ses ‘Abid el-Bokhari. On aboutit à ce suprême paradoxe : une communauté de croyants libres gérée par des Etats de serfs, à l’inverse des sociétés européennes, composées de serfs gérés par des aristocrates libres.

Le système avait cependant des défauts. Caste autonome, l’armée finit par se comporter comme une colonie étrangère : elle ne partageait avec la société ni langue commune, ni ethnie d’origine, ni culture ni mœurs. Seule la religion cimentait l’Etat et son armée à sa société.

 

Deux siècles d’armées nationales

Le massacre de 1811 n’avait pas de ressorts idéologiques. Mehmet-Ali cherchait l’efficacité et crut la trouver dans l’armée des citoyens, plutôt que dans celle des mamelouks. L’armée nationale devint le pilier de l’Etat arabe moderne. Au cours du XXème siècle, ce sont ces armées, tour à tour « nationales », « populaires », « démocratiques », qui firent la révolution et la politique. Au cours des années 1970, il devint évident pour tous que de libératrices, elles devinrent prédatrices. Des observateurs n’hésitèrent pas à appeler les élites alaouites en Syrie et la nomenklatura militaire en Egypte, des « nouveaux mamelouks »…

Ironiquement, c’est dans les pays où l’ancien système subsista quasi-inchangé que l’armée fut la moins prédatrice, la plus « nationale » en somme : au Maroc, où l’armée est « royale » avant d’être « nationale », et où elle resta longtemps constituées de montagnards imperméables à la politisation venue des villes, en Jordanie où elle est tribale, dans les pays du Golfe où elle est constituée de tribus et de recrus étrangères…

Que le printemps arabe de 2011 renverse le résultat monstrueux et inattendu de la transformation de 1811 nous interroge sur le futur des armées arabes. Institutionnellement, 2011 risque d’être aussi décisive que 1811 : la chute du colonel Kadhafi et du général Ben Ali, le procès du général Moubarak… proclament la fin de l’armée nationale comme pilier central de l’Etat arabe moderne. Dès les années 1970, beaucoup pensèrent remplacer l’armée par la mobilisation religieuse comme fondement de l’espace public. Les développements en cours dans le monde arabe, malgré des apparences trompeuses, laissent penser que c’est aux institutions civiles qu’on demandera désormais, plutôt qu’à la caserne ou à la mosquée, le fondement du vivre-ensemble.

Omar Saghi

Paru dans le Soir-Echos.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s