Mais pourquoi la Russie soutient-elle Assad?

Publié: 20 octobre 2011 dans Relations Nord-Sud, Syrie-Liban
Tags:, , , ,

Le veto russe a provoqué la stupeur, l’incompréhension, la colère. On n’admet pas la position de Moscou autrement que comme une perversité, un mal diplomatique incarné. Que malgré la répression quotidienne et son cortège de morts, la Russie continue de soutenir le régime d’Assad semble monstrueux. Et même stupide, de la stupidité des monstres immoraux, alors que le régime de Damas paraît condamné, et  à très court terme ; l’acharnement de Moscou en devient improductif.

La Russie aurait-elle raison de soutenir Assad ?

La position russe a pourtant sa rationalité.

Balayons d’abord les raisons les plus évidentes. Il y a l’histoire. Damas et Moscou sont des alliés, non pas indéfectibles, le terme est trop fort appliqué au tortueux système d’Assad le Père, qui ne connaissait de fidélité qu’à soi, mais de longue date. Plusieurs traités se sont succédés du temps de l’URSS. La chute du régime communiste ne mit pas fin à cette amitié. C’est qu’il y avait d’autres causes que la guerre froide.

L’autocratie de Poutine peut à son tour expliquer cette alliance entre deux régimes dictatoriaux. C’est sans doute la raison aujourd’hui invoquée : une sainte alliance des dictatures, la russe, la chinoise, l’iranienne, contre l’avancée de l’histoire universelle portant la démocratie en bannière. Cette deuxième raison, on pourrait presque dire que c’est une conséquence, plus qu’une cause : si la Syrie, comme l’Iran, pour le moment, sont des populismes dictatoriaux, c’est qu’ils ont choisi un camp plutôt qu’un autre.

Quel est donc la raison ultime à cette alliance ?

La Terre contre la Mer

C’est du côté de l’histoire longue qu’il faudrait la chercher. La Russie est entrée à la fin du XVIIIème siècle dans ce que l’on appelait le concert des nations, entendez des nations européennes. Catherine II rêvait de faire de son vaste et barbare empire une nation européenne civilisée. Pierre le Grand avant elle, déjà, a perçu la lacune russe fondamentale qui barrait ce projet. Qu’on ne pense surtout pas à l’analphabétisme, à l’orthodoxie, au caractère « tatare » du peuple russe, à d’autres raisons culturelles qui auraient constituées un obstacle à cette « européisation » de la Russie. L’obstacle central, c’était l’absence de façade maritime. Sans marine, sans moyens de transports sûrs et disponibles, la Russie se condamnait à un permanent isolément continental. Le pays se lança donc dans un vaste programme de chantiers maritimes, doublés, le lecteur l’aurait compris, d’une entreprise de conquête ayant pour fondement l’accès aux « mers chaudes » : il fallait que l’empire russe mette un pied en Méditerranée et dans l’océan indien, côtes toujours disponibles, à la différence de la mer baltique gelée la moitié de l’année.

L’histoire russe des XIXème et XXème siècles est toute là : la lutte d’un empire terrestre pour avoir des facilités maritimes contre des empires maritimes, d’abord l’Angleterre, qui le ceinturait sur sa façade sud, depuis Gibraltar et Malte jusqu’à Singapour et Hongkong, ensuite les Etats-Unis pendant la Guerre froide, multipliant les traités pour assiéger la Russie et la contenir dans ses steppes, loin des grandes voies de transports maritimes.

A partir de Brejnev, dans les années 1970, la Russie, qui alors appelait l’URSS, multiplia les alliances avec qui le voulait parmi les pays à façade maritime, pour contenir ce siège anglo-américain. La Libye, la Syrie, le Yémen, l’Angola, le Mozambique, le Vietnam, s’ils intéressaient Moscou, c’était d’abord parce qu’ils brisaient son isolement continental et lui offraient de vastes facilités maritimes. L’empire terrestre marquait des points contre l’empire maritime.

Les révolutions arabes, depuis Moscou, pourraient être perçues comme le retour à un étouffement : la Russie craint qu’aujourd’hui la Libye, demain la Syrie et peut-être l’Iran, ne redeviennent des pions d’un siège maritime contre le vaste continent russe.

L’opposition de Moscou aux révolutions géorgienne et ukrainienne participait déjà de ce complexe obsidional, la peur de se retrouver de nouveau enfermé dans une vaste taïga. Quant aux raisons idéologiques invoquées, elles restent secondaires dans ce jeu d’échec où les pions marins confrontent les pions terrestres.

Omar Saghi

Paru dans le Soir-Echos.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s