Un demi-siècle de perdu ?

Publié: 10 décembre 2011 dans Armées arabes, Histoire moderne, Printemps arabe
Tags:, , , , , , ,

L’unité de la soixantaine d’années passées est éclatante. Entre le milieu du XXème siècle et l’année 2011, la majorité des pays arabes vécurent sous des régimes similaires. Les différences entre Nasser, le Baas, le FLN ou Kadhafi sont minimes par rapport à de fortes convergences. Dirigisme économique, parti unique et culte du chef, mobilisation idéologique de la société… Ces points communs, s’ils sont multiples et divers, forment néanmoins un système cohérent.

Ces régimes furent une réponse au système libéral-colonial auquel ils succédèrent et auquel ils répondirent point par point : au libéralisme politique bourgeois, marqué par le multipartisme et la prééminence des notables, ils répondirent par le parti unique et le populisme idéologique ; au libéralisme économique, qui avantagea les bourgeoisies vivant d’import-export et les grands propriétaires terriens, ils substituèrent la réforme agraire, le protectionnisme douanier et le volontarisme industriel. Le libéralisme culturel, que portèrent les noms de Taha Hussein ou d’Ali Abderrazeq, mourut avec la mort du libéralisme politique, et une culture d’Etat, subventionnée et cadrée, prit sa place.

Légitimité populaire et souveraineté nationale

Mais ces trois dimensions, s’ils furent la réalité des politiques publiques appliquées par les régimes autoritaires  à leur début, ne faisaient pas leur légitimité. Celle-ci, indéniable, venait d’ailleurs. La légitimité de Nasser comme du Baas tenait à la double indépendance qu’ils voulaient pour leur nation. Indépendance extérieure, géopolitique : c’est elle qui explique les multiples bras de fer avec les anciennes puissances colonisatrices, le refus de l’alignement sur l’OTAN ou le Pacte de Bagdad, la recherche d’une autonomie régionale. Et indépendance intérieure, populaire : lutter contre les anciennes castes dominantes, c’était lutter contre la multitude de maîtres qui se sont succédés au Moyen-Orient, l’ottoman puis le franco-britannique, écrasant la paysannerie locale.

On comprend qu’Israël ait cristallisé une haine structurelle. Ce pays correspondit aux deux cauchemars dont ces régimes firent leur cause : l’interventionnisme occidental extérieur, et la domination socio-économique et coloniale intérieure. Combattre Israël, libérer les Palestiniens, c’était refaire et confirmer les libérations singulières : celle de l’Egyptien, du Syrien ou de l’Irakien.

On comprend dès lors pour quoi la défaite de 1967 fut fatale à Nasser et ferma la première époque de ces dictatures militaires. Toutes les énergies mobilisées en vue de combattre l’ennemi israélien, métaphore de toute l’arriération historique à laquelle il s’agissait de s’arracher, se dissipèrent suite à la défaite éclaire. Celle-ci touchait au cœur de la légitimité de ces systèmes, de leur pacte implicite avec la souveraineté populaire qu’ils représentaient.

1967 et l’illégitimité des régimes

Entre 1967 et 1973, ces régimes auraient dû chuter, laisser la place à une nouvelle phase, peut-être même, déjà, démocratique et libérale. Il n’en fut rien. Les dictatures eurent quelques années pour se durcir, apprendre à vivre avec moins de légitimité populaire, ou en jouer. Sadat, Assad, Saddam Hussein, Kadhafi, régnèrent avec ce double reflux, de l’indépendance régionale et de la souveraineté populaire. C’est l’Egypte qui poussa le plus loin le retournement : faire la paix avec Israël, ce n’était pas seulement fermer un front militaire, mais renoncer à tout un pan de légitimité historique.

Absence de légitimité intérieure, absence d’indépendance internationale, la situation des régimes arabes qui sont tombées était à l’exact opposé de leur programme idéologique originel. Aujourd’hui que s’installent des démocraties, les deux questions n’ont pas tout à fait été réglées. La légitimité intérieure est désormais validée par l’exercice électoral, mais dans le jeu compliqué des alliances, il faut attendre quelques temps avant de voir fonctionner dans la durée cette légitimité populaire acquise ; quant à l’indépendance internationale, les tensions dans la région – avec l’Iran, avec Israël, avec un Occident dubitatif et sur la défensive devant le choix des urnes arabes – disent assez qu’elle n’est toujours pas gagnée.  

Omar Saghi

Paru dans le Soir-echos.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s