Archives de 2 janvier 2012

Abdallah Saleh brûlé, Mo‘ammar Kadhafi lynché, Saddam Hussein pendu il y a quelques années… Et dans un registre plus burlesque, Hosni Moubarak traîné en civière d’interrogatoire en prétoire, Ben Ali transbordé à son insu, comme un colis encombrant… 

Le corps du souverain, dans le monde arabe, a été magnifié comme rarement il le fut dans son histoire : portraits démultipliés dans l’espace public, séquences répétitives sur les télévisions officielles… Le citoyen arabe, sujet de ce despotisme, avait l’obligation d’assimiler par tous ses sens cette incarnation du pouvoir absolu. Qu’il se soit vengé par la violence – en Libye, au Yémen, peut-être ailleurs demain – ou l’humiliation grotesque – en Egypte – est donc un juste retour des choses. (suite…)

Publicités