Archives de 13 janvier 2012

« Boustrophédon » est un mot compliqué pour désigner une réalité tortueuse : les écritures qui se tracent indifféremment depuis la droite ou la gauche. Ou plus exactement, celles qui, arrivées au bout d’une ligne, reprennent à la ligne suivante par la fin. Provenant de deux mots grecs désignant le mouvement du bœuf de labeur qui, parvenu au bout d’un champ, continue le tracé de son sillon en tournant de direction, il renvoie à des types d’écritures rares et archaïques.

Il y a quelques années, un parti a été créé au Maroc avec, pour blason, un tracteur. Beaucoup de choses changent quand on passe dans l’agriculture d’une énergie animale à une énergie mécanique, mais pas la manière « boustrophédon » du tracé du sillon. Le PAM n’avait ni gauche ni droite, mais tirait à vue, dans toutes les directions. (suite…)

Publicités