La Tunisie se dirige vers un horizon politique plus stable. L’Algérie est figée dans le formole des pétrodollars. Le Maroc navigue entre semi-autoritarisme traditionnel, populisme électoral et vitalité de la société civile. Les trois pays du Maghreb central sont-ils mûrs pour l’unité ? L’opinion dominante dit, en substance, la chose suivante : l’unité maghrébine est naturelle, historiquement enracinée. Les obstacles sont purement conjoncturels, dus aux calculs des uns, à la perversité des autres. L’obstacle principal tient à la rivalité entre Rabat et Alger.

De l’argumentaire qui précède, seul le dernier terme est vrai. Le reste fait partie d’une mythologie moderne.

Il n’y a jamais eu d’unité maghrébine. Quelques tentatives impériales existèrent, mais elles ne font pas une vérité historique, tout juste un espoir caressé par tous, jamais réalisé dans la durée. Les Fatimides de Tunisie ont tenté une unification maghrébine, mais jamais ils n’arrivèrent à intégrer ce qui deviendra le Maroc, qui resta fidèle aux derniers Idrissides et joua souvent les Omeyyades d’Espagne contre la Tunisie fatimide. L’empire almohade a réussi, de 1150 environ à 1212, à unifier l’Afrique du nord autour de Marrakech. Cela s’est fait par la contrainte et les incessantes expéditions militaires, qui ont épuisé démographiquement le Haut-Atlas, sans lier durablement des territoires trop étirés. Quant aux Almoravides, ils s’arrêtèrent à Alger et aux contreforts de la Kabylie, et les Mérinides se bornèrent à des campagnes brusques, rapides et fragiles. Cela ne fait pas une réalité historique.

La frontière entre le Maroc et l’Algérie n’est pas artificielle. C’est même l’une des plus anciennes limites politiques du monde. La Maurétanie et la Numidie, sous les Carthaginois, les provinces de Maurétanie tingitane et de Maurétanie césarienne sous les Romains, l’indépendance précoce du Maroc des Idrissides, de l’Algérie des Rustémides… Dans le temps long, le seul qui compte à ce niveau là, une frontière a toujours existé, quelque part entre la Moulouya et le méridien d’Alger. Même sous les grands empires, Rome ou Damas devaient départager les deux territoires, sous des gouvernorats différents. Avec les Ottomans qui arrivent jusqu’à Tlemcen, la frontière n’a quasiment plus bougé. Qu’elle soit dommageable aux peuples maghrébins, voilà un avis qui se défend. Mais il est mensonger de dire qu’elle est factice, née du partage impérialiste, fruit de la domination colonial. C’est même l’inverse : cette frontière a failli disparaître sous la colonisation, lorsqu’on tenta d’algérianiser le Maroc, d’en faire une pure continuité territoriale de l’exploitation algérienne, et qu’il fallut tout une série de conjonctures pour maintenir cette frontière entre un protectorat qui maintint, vaille que vaille, son identité, et l’aliénation coloniale la plus violente qui ait existée.

Le projet maghrébin, né dans les années 1950, est louable. Mais n’oublions pas qu’il était idéologique : le Maghreb uni, c’était un projet tiers-mondiste dont le pivot géographique n’aurait pu être autre chose qu’Alger, et le pivot politique, un parti unique comme le monde arabe en a tant créé, splendide de brutalité et de démagogie.

Le projet maghrébin peut réussir. Mais à cette seule condition : ne pas oublier que, historiquement, il est inédit, et que, politiquement, tout pour le moment concoure à son échec : les modèles politiques et les pesanteurs historiques sont de part et d’autres de la frontière algéro-marocaine, opposés.

Publicités
commentaires
  1. sabrayoub dit :

    Merci pour cet article, cependant vous tombez dans le piège qui consiste à dire que le statut du protectorat était plus respectueux de la dignité des marocains que le statut de colonisé pour la dignité des algériens. Certes le protectorat a protégé quelques symboles de l’état marocain, mais pour le marocain moyen il a été aussi mal traité que l’algérien sinon pire.
    Je rappelle qu’il y a eu une forte immigration marocaine en Algérie pendant la période coloniale. Ceci montre au moins que le niveau de vie des marocains sous le protectorat était inférieur à celui des algériens colonisés.
    D’ autant plus qu’il faut faire confiance à l’administration française pour créer un statut de citoyen de seconde zone pour les algériens et de « troisième zone » pour les marocains d’Algérie.
    Avec les derniers livres de Guillaume Jobin on a l’impression que la glorification du système de protectorat est a la mode. …..
    Qui sait, un système de colonisation directe avec le département d’Oran qui s’étend jusqu’à Fès, aurait éventuellement permis la création « ex nihilo, certes » du Grand Maghreb ………mais ça c’est de l’histoire-fiction.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s