Archives de 24 février 2015

L’éducation est le drame certainement le plus douloureux des pays sous-développés. Régulièrement, organismes internationaux et instituts de statistiques nous livrent des chiffres alarmants sur la persistance de taux élevés d’analphabétisme, particulièrement parmi les femmes ou dans les zones rurales, sur l’abandon scolaire, sur les inégalités d’accès aux études supérieures. Ces chiffres sont importants, ils ont été rigoureusement saisis et donnent d’importantes indications. Mais interrogeons-nous, néanmoins, sur cette notion d’analphabétisme, inventée il y a deux siècles, aujourd’hui complétées par celle d’illettrisme, de semi-illettrisme et autres nuances. Quand l’Unesco ou l’OCDE nous disent que dans tel pays, il y a tant d’alphabétisés, et tant d’analphabètes, cela, automatiquement, est traduit par il y a tant de personnes valables dans le processus de développement du pays, et tant de personnes qui retardent ce processus, et qu’il faudrait alphabétiser au plus vite. Quelque chose, pourtant, cloche dans cette histoire. Dans beaucoup de pays du sud, particulièrement dans le monde arabe, les analphabètes font partie, massivement, du paysage social, et on peut donc facilement comparer analphabètes et alphabétisés, et là, quelque chose, cloche, en effet. (suite…)

Publicités