Le robot de si Othman

Publié: 12 avril 2015 dans Economie, Maroc, Non classé
Tags:, , ,

Othman Benjelloun est un banquier. Nao est un robot. Le Maroc est un pays sous-industrialisé. Les Marocains sont moyennement éduqués et majoritairement sous-employés. Ces propositions sont vraies, chacune dans son domaine et à sa manière. C’est leur combinaison qui provoque une sensation d’étrangeté surréaliste. Reprenons : Othman Benjelloun est un banquier marocain, à la tête d’une entité brillante, avant-gardiste en Afrique. Il a présenté les résultats de son groupe accompagné d’un robot dernier cris, de fabrication française, devant un parterre d’actionnaires et d’employés casablancais.

Le couple Nao-Othman Benjelloun, c’est l’ultra performance technologique associée aux sur-bénéfices bancaires, et surtout, en bruit de fond, la fin du rêve de plein emploi industriel ou de service. Nao, voix de son maître, a dit en substance que désormais le capitalisme n’a plus besoin d’humains. Et pas seulement au Canada, en Corée du Sud, ou en Californie. Non, à Ben Msik, à Tanger Med, à Kénitra. En passant d’une sous-industrialisation structurelle à la robotique de service financée par la banque globalisée, le Maroc prouvera encore une fois la validité de ce que les économistes appellent l’avantage du retard.

Ce concept désigne cette vérité paradoxale : un pays en retard peut plus facilement se mettre au diapason du progrès. Pas de syndicat à détruire, pas d’employés à licencier ou à reconvertir, pas de vieilles usines à démonter. On achète clefs en main ce qu’il y a de plus récent, sachant que rien sur place ne s’y opposera. Le Maroc, le plus rural des pays arabes, deviendra peut-être au cours des prochaines années le pays arabe le plus avancé dans les services bancaires et pourquoi pas, dans la robotique. C’est logique. Aucune tradition politique forte, aucune culture égalitariste enracinée, ne s’y opposeraient. Othman Benjelloun, sa banque et ses 2 milliards de dirhams de bénéfices, des robots humanoïdes, d’abord spectaculaires, de plus en plus familiers ensuite, et une vaste masse de désoeuvrés… le Maroc va probablement prouver qu’à côté des pays sur-industrialisés, sur-éduqués, en sous-effectifs démographiques (on pense à la Scandinavie et au duo Japon-Corée du sud), les pays postféodaux conviennent parfaitement au capitalisme de demain.

Le XIXe siècle a vu se multiplier les bourgeoisies compradoriales dans des contextes précis : façades maritimes, contact entre le centre impérialiste et l’arrière-pays riche en matières premières, minorités spécialisées dans l’intermédiation culturelle etc. Hongkong, le Liban, la Havane… De cette histoire, il ne reste plus grand-chose, hormis quelques souvenirs pittoresques. La performance conjointe de Othman Benjelloun et de son robot Nao ébauche peut-être ce que sera le comprador du siècle qui commence : la technologie du Nord, la fin de l’exception humaine, le surprofit à plusieurs dizaines de zéros, et des masses inemployées et semi-alphabétisées spectatrices. Dans la géographie de ce capitalisme à venir, le Maroc, et Casablanca en particulier, sont bien placés. Il y a quelques années, l’inauguration du Morocco mall fut l’occasion d’une conjonction cocasse : un fantôme hanta les couloirs du plus grand complexe commercial d’Afrique. Voilà comment se fait le branchement du capitalisme contemporain sur le sous-développement culturel. Le robot de si Othman est l’occasion d’un autre mariage harmonieux : écartant la valetaille humaine, excédentaire et inutile, la robotique produit pour nos maîtres le serf de demain.

Omar Saghi, paru dans Telquel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s