L’allié comme larbin

Publié: 8 mars 2017 dans Non classé

L’Occident serait-il ingrat par nature ? On ne peut s’empêcher de s’interroger, lorsqu’on se penche sur les relations qu’il entretient avec ses alliés proches.

Le cas turc est exemplaire. Ankara n’a pas vacillé depuis 1945 dans son alignement sur l’Occident en lutte contre les Soviétiques. Elle a été le fidèle collaborateur économique de l’Union européenne. Et pourtant, il a suffi de quelques choix politiques, de quelques velléités d’indépendance culturelle, pour que Bruxelles — qui agitait la promesse d’intégration comme un hochet — l’éconduise, la jetant dans les bras de l’autoritarisme interne et du rapprochement avec la Russie.

Cas plus ancien, et non moins emblématique, celui de l’Iran du Shah. Lui non plus jamais n’hésita lorsqu’il fallait choisir. Et pourtant, dès qu’un mauvais vent se leva, tout l’Occident d’une même voix, étudiants et intellectuels, politiques et médias, ne jura plus que par Khomeiny et sa révolution. Cet exercice se répète avec quelques variantes dans le cas russe. Eltsine puis Poutine première version tentèrent le rapprochement sincère. On leur demanda de prendre un ticket et de patienter, dans la file d’attente où pointaient Bucarest, Bratislava et Tallinn. On comprend que Moscou prit ombrage.

Bref, passé le périphérique proche, l’Occident semble particulièrement porté à trahir ses amis lorsqu’ils sont dans un mauvais pas ou à leur chercher des poux lorsqu’ils tentent quelques manœuvres autonomes (les cas turc ou russe dans les années 1990 et 2000).

À petite échelle, la manière dont le Maroc est perçu par Bruxelles ou Paris, lorsqu’il s’agit pour Rabat de défendre sa souveraineté ou ses intérêts économiques, répète ces motifs. Rien, ni dans son histoire ni dans ses intérêts, ne destinait Rabat à aller chercher des amitiés à Moscou ou Pékin, si ce n’est cette étrange appétence occidentale à maltraiter l’allié proche lorsqu’il a besoin d’aide. D’ailleurs, cette versatilité occidentale semble désormais atteindre jusqu’à sa très proche banlieue, aux portes de son “périphérique intérieur”. La Hongrie d’Orban se rapproche de Poutine. Même la Pologne lorgne désormais l’est. Quand on connaît les rapports des Hongrois et des Polonais aux Russes depuis deux siècles, on ne peut que mesurer l’ampleur du retournement.

À quoi tient donc cette étrange conception de l’amitié internationale chez l’Occident ? Probablement à sa vision de la diplomatie comme processus de civilisation. L’Union européenne, la France ou la Suède ne sont pas les alliés de la Turquie, du Maroc, de la Côte d’Ivoire ou de la Pologne, en toute égalité. Ça, c’est la surface des textes. En réalité, elles sont leurs éducatrices. L’Occident cherche à civiliser le barbare à ses portes. Gentiment, par coopération et aides financières, ou, s’il le faut, à coups de cravache et de rappels à l’ordre. Voilà ce que la Turquie, pendant cinquante ans, a refusé de comprendre. Voilà ce que les Ivoiriens découvrirent il y a une décennie. Voilà ce que l’Europe de l’Est commence à saisir et que le Maroc entrevoit depuis quelques années. Au moindre signe d’autonomie, l’Europe des lumières rappellera à ses alliés qu’ils sont encore des bougnoules autoritaires et obscurantistes ou des péquenots slaves racistes et mal dégrossis.

L’Europe ne cesse, sur ses franges, de perdre ses plus anciens alliés. Les peuples penchent de plus en plus vers les mirages autoritaires par dépit, et l’Europe aveugle continue de se rêver le procureur universel d’un monde qui l’ignore de plus en plus.

Publicités
commentaires
  1. sabr dit :

    ABSOLUMENT faux, comme si la politique étrangère européenne existe, lors de la dernière décennie, c’est une stratégie de vendeur d’armes et de produits financiers ( fausse monnaie)qui régie la relation de l’occident au reste du monde.C’est une politique aux services de grands groupes financiers sans loi ni foi ….si seulement ces groupes avaient une stratégie rationnelle autre que le gain rapide, des relations et des rapports de forces raisonnables peuvent s’installer.
    Malheureusement , l’occident dont vous parlez n’existe que dans l’imagination des non occidentaux.
    Il n y a aucune continuité entre l’ère colonial et la politique étrangère de l’occident actuel .Les conséquences de leurs agressions actuelles en Libye et en Syrie touchent le cœur de l’occident : l’Europe. Dans ce cas on ne peut pas parler de stratégie.
    Certes, au début de 20ème siècle le partage du gâteau colonial a amené certains européens à recruter des arabes des indiens des hindous des africains pour tuer d’autres européens dans une guerre civile appelée pompeusement première guerre mondiale.Cependant, la cupidité -le capitalisme si vous voulez – atteint un niveau de dégénérescence qu’il peut entraîner dans sa chute le dit occident et l’humanité entière.

  2. Bouchaffa Bouazza dit :

    Sur quoi l’alliance de l’occident peut-elle être fondée? Sur l’amitié »historique »(coloniale)? Sur les intérêts? Quels intérêts? Il ne peut s’agir en fait que d’intérêts économiques sordides,car hélas,l’histoire,la proximité(voisinage) ou la francophonie ne peuvent fonder des liens d’alliance durables avec l’occident dont les composantes s’effritent et les valeurs de base se décomposent de nos jours!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s