Articles Tagués ‘Yémen’

Les attaques terroristes en Arabie Saoudite, la veille de l’Aïd, et dans le périmètre sacré de la Mosquée du Prophète à Médine, annoncent un changement à triple niveau, gros de troubles futurs. D’abord, simultanément avec la Turquie, alliée objective de Daech au nord, l’Arabie Saoudite, son alliée objective méridionale, est à son tour frappée. En agressant les deux (dernières) puissances sunnites de la région, Daech prouve qu’il n’est pas un État, mais un mouvement, dont le but est de tout balayer sur son passage. (suite…)

Publicités

Peut-on faire l’unité par la périphérie ? Par exemple, l’Union européenne en commençant par l’Espagne et la Pologne avant l’intégration éventuelle de la France et de l’Allemagne ? Le monde arabe est-il en train de faire son unité par ses marges ? Économiquement et stratégiquement, sur le théâtre des opérations et dans les médias, l’axe Rabat-Conseil des pays du Golfe n’est plus une option parmi d’autres, mais l’ossature d’un nouveau réalignement arabe qui est parti pour durer une ou deux décennies. Un réalignement régional avec un centre républicain déliquescent, et des marges monarchiques (suite…)

C’est un double dessin humoristique connu, qui date du début du XXe siècle : première vignette, une famille française, autour d’une table chargée de plats et de bouteilles pour un repas de famille. Deuxième vignette : table renversée, chemises déchirées, nez qui saignent et yeux pochés. Et en légende : ils ont dû parler de l’affaire… L’affaire, c’est bien entendu l’affaire Dreyfus, qui a divisé la nation française, et jusqu’aux familles elles-mêmes entre dreyfusards et antidreyfusards. L’intérêt de ce dessin, au-delà de sa dimension humoristique, est de montrer quelle profondeur sociale et familiale un événement de cette ampleur pouvait atteindre. La guerre civile française a traversé les partis, mais aussi la parentèle. Telle est la leçon de la modernité : la politique mobilise tout et tous, lève le bras du frère contre son frère, du fils contre son père.

Le monde arabe, jusqu’à très peu, ne connaissait pas une telle passion, du moins pas dans son espace privé. On pouvait être socialiste, communiste, nationaliste, nassérien ou baassiste, passé le seuil de la maison, on était surtout indifférent. La cellule familiale ne s’est pas politisée en Orient. Ce fut sa chance, quelque part. (suite…)

On ne saura jamais ce que plusieurs grands intellectuels arabes auraient pensé des révolutions de l’année 2011. Mohammed Arkoun, Mohammed Abde al Jabri, pour ne citer que deux Maghrébins, ont disparu à la veille de ces événements.

Mais un penseur de cette génération, sans anticiper sur ces mouvements, a pour le moins décrit quelques-uns des ressorts de l’autoritarisme arabe, annonçant même le rôle paradoxal que les mouvements islamistes seraient appelés à jouer contre la dictature. (suite…)

On a vu, très peu après le début des révolutions arabes, l’émergence d’un discours d’un genre particulier. Il disait en substance qu’il ne se passait rien : les dictateurs qui chutent sont des décors masquant la machinerie du pouvoir, intacte, le peuple est impuissant et illusionné sur sa force, et c’est dans les chiffres économiques, dans les tendances lourdes du développement, dans la crise mondiale, que consiste l’unique réalité. En résumant, ce discours énonce : les manifestations qui se multiplient, les centaines de morts, les chutes de régime, ne sont rien, ou si peu, face aux faits de longs cours, face aux paramètres positifs. Nietzsche avait épinglé les malins qui « clignent de l’œil », ceux qui, à être ou à sembler malins, passent à côté des miracles et des beautés du monde. Ceux qui, face à une montagne, se rappelleront la colline, et devant un chef-d’œuvre du cinéma, ne verront que les inévitables faux-raccords. De tels malins sont légion aujourd’hui dans la presse et les médias audio-visuels, aussi bien que parmi les experts : ils ressassent la même litanie, le même appel à la lucidité, en disant partout qu’il ne faut pas être dupe, que dans le monde arabe, il ne se passe rien ou pas grand-chose. (suite…)

Une même formule pour nommer des événements concomitants et un phénomène de contagion tend parfois à masquer de profondes divergences. Le printemps arabe est un, indéniablement, mais comme un Janus bifrons, il regarde souvent vers deux horizons différents. Dans le vaste enchaînement des événements depuis le début de cette année, on peut distinguer deux révolutions en une, la première se déployant à Tunis et au Caire, la seconde flambant en Libye, en Syrie et au Yémen, pour le moment. (suite…)

La dictature soulage la mémoire. Pendant quarante ans, quelques noms propres, Assad, Moubarak, Kadhafi, suffisaient à faire de vous un spécialiste du Moyen-Orient. Chaque pays en était réduit à un visage. Prenez le Yémen. Pour nous, c’était Ali Abdallah Saleh. Désormais le public devrait compter également avec Hamid al Ahmar. (suite…)